Au dessus de Morette, sur la rive droite du Fier, on voit une cascade dévalant d’une falaise, par temps pluvieux c’est un véritable geyser qui sort de la montagne, c’est le Nant debout qui prend sa source sur le plateau des Glières vers notre Dame des Neiges, une petite chapelle.

Je pêche de temps en temps dans la gouille, au pied de cette chute dans l’eau cristalline, souvent je prends une belle truite (je crois que c’est pêche interdite maintenant) J’ai un copain pêcheur qui pêche au dessus de la cascade, et il se vante de faire de belles truites !!!

Je me décide d’aller y pêcher, un samedi matin fin juillet, je gare ma voiture sur le petit parking du bistro jouxtant le pont de Morette à gauche direction Thônes, je cherche le sentier du Nant situé derrière le café, c’est un sentier très escarpé. Dument équipé pour pêcher à la mouche, j’attaque gaillardement la montée, dix minutes après je suis au dessus de la cascade, sur un faux plateau boisé, le torrent descend dans une petite gorge vallonnée, suivi de petites cascatelles. Je m’approche avec précaution de la chute dans la vallée où j’ai une vue sur le Fier en contre- bas.

Je commence à pêcher en fouettant court, avec ma canne de six pieds bien adaptée à ce type de pêche, soie légère, bas de ligne raccourci à 1mètre50,, avec une mouche mixte araignée à hackle gris corps lie de vin, pouvant être flottante ou noyée, suivant les situations, dans une eau claire comme de l’eau de roche, une touche, et je ferre ma première truite, une truite bien grasse de 24 cm. Tout en pêchant je remonte le ruisseau, je prends une demie douzaine de truites, mais aucune maillée, j’arrive à un pont en bois!!! dessous je sors une autre de 32 cm.

Je me dis, si il y a un pont il y a un chemin?… en effet j’aperçois une petite ferme, le pont dessert un sentier cahoteux venant de la vallée, surement du village de Thuy, c’est l’unique voie de communication pour accéder à cette petite exploitation.

je m’approche de la maison, dans un petit jardinet où un homme bine quelques salades, je le salue, « vous êtes bien isolé monsieur » je parle un moment avec lui, quand apparait sur le pas de la porte, sa femme très aimable qui m’invite à rentrer boire un café.

Dans la cuisine, je discute avec monsieur Lathuille, car c’est son nom, madame Lathuille nous sert le café dans de petits bols, je pose des questions sur le Nant, beaucoup de pêcheurs le pratiquent- ils etc…? quand soudain apparait à la fenêtre ouverte la tête d’un cheval, très curieux de voir le nouvel arrivant, mes deux hôtes ne sont pas surpris, au contraire ils lui parlent, et lui disent d’aller gentiment ailleurs, le cheval a l’air d’avoir compris fait volte face et pique un galop dans la petite prairie jouxtant l’habitation.

Prenant congé de ces charmantes personnes, je continue à pêcher le Nant à « l’arbalète »(1) d’ou le choix de ma canne, remontant le courant , ça devient très escarpé et très boisé, c’est une succession de petits bassins, je pêche devant moi à hauteur d’homme (d’où le Nant debout), je prends encore 3 truites maillées.

Il est 11h 30 il est temps de rentrer, je descends le sentier des randonneurs à gauche en allant vers la vallée, je passe devant la prairie du cheval, celui-ci arrive vers moi en trottinant, je caresse sa belle crinière,et je continue mon chemin, je vois monsieur Lathuille occupé à réparer une barrière, « descendez par ici » me montrant le large sentier,  » c’est mon fils qui la aménagé et élargi au bulldozer ».

L’écoutant, je hâte le pas, en effet, le fils a fait un travail considérable, en faisant d’ un sentier étroit de randonneur une voie carrossable, chapeau!!! J’arrive au village de Thuy je bifurque à droite pour retrouver ma voiture à Morette. A l’arrivée je compte mes prises, 5 truites de montagne bien grasses.

C’est vrai ce ne sont pas de grosses truites, mais le cadre et les gens rencontrés, valent l’effort d’un montée difficile. Il est vrai c’est une histoire lointaine et à l’époque j’étais jeune et fringant.

(1) Une technique de lancer pour endroits encombrés, qui consiste à raccourcir le bas de ligne et la soie à la distance désirée et tendre la canne en arc avec la main gauche, en tenant la mouche par la hampe entre le pouce et l’index et la propulser en lâchant cette dernière .

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos