La pêche à la mouche fouettée est le résultat d’un vécu , de la débrouillardise de nos ainés , je vais tacher de vous communiquer quelques trucs qui vont faciliter l’apprentissage et la réussite d’une partie de pêche.
La canne est un élément essentiel. Lors du montage des éléments, passez l’embout (mâle) à emmancher dans vos cheveux, car le sébum est connu par sa graisse, ce qui facilitera le déboîtement.
Lorsque nous pêchons avec une soie, légère flottante, pour pêcher profond, si vous n’avez pas dans la boite de mouches plombées, il suffit, de pincer un petit plomb à ras de l’oeillet ou à 20 cm au- dessus.
Le bas de ligne peut être équipé d’un petit flotteur, genre » rigoletto » à 10cm de la mouche, pour faciliter la vision lors d’ un coup du soir dans la pénombre.( pour miro )
Dans le cas d’une pêche flottante, pour passer en pêche noyée, pour dégraisser le bas de ligne, il suffit de passer le fil du bas de ligne à travers une pomme de terre crue au préalable mi- fendue au couteau, l’acidité de la patate dégraissera efficacement.
Une imitation avec des ailes, peut provoquer un vrillage du bas de ligne et parfois de la soie, bien observer ce phénomène, revoir l’artificielle, l’asymétrie du montage y est pour quelque chose (effet hélicoptère). pour « dévriller », il suffit de fouetter à l’envers plusieurs fois.
Les culs de canards, qui flottent tous seuls, mais qui une fois trempés sont longs à sécher, il est donc judicieux d’avoir un morceau de cuir amadou pour essorer les mouches, qui, porté à la boutonnière, est très accessible. Pour les autres imitations quelques claquages, en fouettant, feront l’affaire. (mais attention de ne pas les dépiauter)
Une soie WF4à5 (soie décalée) lorsque celle-ci est usée, il suffit de retourner la soie, et utiliser le long brin parallèle, et ça marche bien, surtout en sèche sur des poissons tatillons, car le poser est discret.
Pour une bonne glisse de la soie dans les anneaux et le décrassage de celle-ci, attachez le bas de ligne à un piquet ou autre chose, déroulez la soie avec le moulinet monté sur la poignée de la canne, soie tendue, et aidé du premier anneau, jusqu’au backing , rembobinez en avançant, tout en serrant la soie avec un chiffon imbibée d’un produit vaisselle.
Un truc connu, la canne montée, le moulinet fixé, pour le passage de la soie dans les anneaux, il faut tirer, hors du moulinet une longueur et demie de soie de la longueur de la canne, faire une petite boucle. à la pointe de la soie, et passez tous les anneaux avec cette boucle, la soie et le bas de ligne suivront, agrandir après l’anneau de pointe la soie complètement dégagée à 50cm. Un léger fouettement, la soie est déployée ainsi que le bas de ligne.
Pour le coup du soir, sélectionnez quelques mouches, que vous monterez sur un nylon de 14 à 16/100 d’une longueur de 80 à 100cm (le tout enroulé sur de petits cartons) Cela vous évitera de monter, en catastrophe, les mouches sur le bas de ligne dans la pénombre, car il est plus rapide de monter un fil sur une micro boucle, surtout si vous avez cassé sur une grosse truite à cause de l’ énervement provoqué.
Je vous conseille d’acheter dans le commerce une lampe frontale halogène, qui a la luminosité du jour, elle peut s’avérer utile pour changer le bas de ligne.
L’observation des oiseau. Comme les poissons, les éclosions d’insectes terrestres ou aquatiques. Les deux marchent souvent en parallèle.
Absence d’oiseaux…… pêche souvent nulle.
Oiseaux en altitude…. pêche mauvaise à bonne.
Oiseaux à ras du sol…Pêche avec chance de réussite.

Lionel Arnaud

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos