• Sélectionner quelques mouches que vous monterez sur un nylon de 14 à 16/100 d’une longueur de 80 à 100cm. Celavous évitera de monter sur place les mouches sur le bas de ligne dans la pénombre car il est plus facile d’abouter un fil que d’attacher une mouche, (le tout enroulé sur des petits cartons). –
  • Préparer également une lampe frontale et un produit anti-moustiques.
  • Raccourcir le bas de ligne à 4m maximum – Sur place ne pas pêcher dès les premiers gobages, attendre les beaux poissons car au début ce sont les « riquettes » (1)qui sont dehors.
  • A chaque fois que c’est possible, pêcher du bord, quand la berge est suffisamment dégagée et qu’il est facile d’atteindre la rive opposée.
  • En grande rivière, pour prospecter les deux rives, pêcher en wading. S’installer et éviter de se déplacer. Avoir trois à quatre fenêtres à prospecter.
  • Se concentrer sur un seul gobage au lieu de se disperser.
  • Choisir les petits gobages,( se rappeler que les gros poissons ont depuis longtemps appris à se nourrir discrètement et font en général de petits gobages, sur une truite installée(2)).
  • Présenter la mouche dans l’intervalle des gobages de façon que l’imitation soit prise à la prochaine montée de la truite gobeuse.
  • Ne pas attendre la nuit complète pour rentrer, savoir reprendre le chemin repéré lors de l’arrivée au bord de l’eau.
  • Etre vigilant lors de la traversée des gués : noter les passages dans les buissons, aménager auparavant les accès pour mieux circuler. Ne pas hésiter à marquer les passages dans les bois avec des bandelettes de tissus blanc ou à trouver des repères mémorables facilement comme un arbre mort, un rocher, …
  • Un dernier conseil : à ceux qui ne peuvent tenir en place, pêchez en noyée en descendant, et en sèche en remontant, ce qui vous rapprochera du point de départ et de la voiture.

LIONEL ARNAUD

(1)Petites truites ne faisant pas la maille.
(2)Truite qui gobe régulièrement.

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos