C’est fin décembre, dans les ateliers de mon entreprise, un bruit court, bientôt c’est une rumeur générale, elles remontent !!! il faut vous dire qu’un quart du personnel sont des pêcheurs de truites, cette rumeur c’est la remontée des truites de lac dans une rivière située sur la commune de Saint – Jorioz, la rivière le Laudon.

Comme chaque année c’est un rituel, les truites du lac d’Annecy remontent dans différentes rivières pour frayer, le landon est le principal cours d’eau où cette remontée se fait, pour ça il faut assez d’eau pour pouvoir circuler et préparer le frai. les truites, attendent placées à l’embouchure de la rivière, dés le grossissement des eaux, elles remontent tel des saumons.

Le lendemain, samedi, je me rends à Saint -Jorioz pour assister au phénomène. je gare ma voiture vers la plage au bord du lac, J’enfile mes cuissardes et chaudement vêtu, je m’approche du lac , je regarde l’embouchure de la rivière , effectivement j’aperçois la masse sombre d’une douzaine de truites, je me dis ça continue …

je remonte le Laudon, les eaux gonflées par la pluie et la neige de la nuit précédente, dés la première cascade,(sous la passerelle d’accès au camp des scouts de France) les truites abondent et tournent en rond, certaines tentent de franchir l’obstacle et retombent, d’autres plus vigoureuses y arrivent.

J’aperçois deux collègues de travail, qui ont eu la même idée que moi, l’un deux s’approche au bord de l’eau et caresse les flancs d’ une belle truite de plus d’un mètre de long qui se repose collée à la berge, un moment il tente de la soulever, mais devant nos protestations il n’insiste pas.

Un garde pêche arrive et comme je le connais, il m’explique qu’ils sont sur le terrain avec plusieurs collègues depuis la veille et surveillent la remontée et empêchent d’éventuels braconnages…

Je suis la rivière en montant, deuxième écueils pour les truites,sous le pont de chemin de fer (maintenant piste cyclable) une autre cascade, les truites sont là, au pied de ce barrage ultime passage pour procréer, quelques truites s’élancent en battant les nageoires caudales on dirait un froufrou léger d’étoffe!!!(Depuis une échelle à poissons existe)

Je continue ma remontée, je traverse la route nationale , je perds la rivière de vue, c’est trop urbanisé!… je retrouve le Laudon à la sortie du village.
Maintenant c’est la campagne, sur ma droite le Laudon coule, beaucoup de personnes regardent les endroits où les truites commencent à aménager leurs frayères, les traces dans la neige indiquent une fréquentation soutenue, je m’approche d’un groupe de curieux , l’eau à cet endroit est légèrement cassée mais je distingue les silhouettes d’énormes truites (Salmo trutta lacustri) elles sont une demie douzaine de quatre vingt à cent centimètres de longueur, de longues trainée marquent le fond du lit réalisées avec leur queue, elles préparent avec minutie leur lieu de reproduction, certaines ont commencées le rituel de procréation, un couple attire mon attention, côte à côte le mâle ( plus petit que la femelle) dans un léger frémissement envoie un nuage de laitance, sur le chapelet d’œufs que la femelle pond en se contorsionnant, c’est vraiment impressionnant.

Le clocher de l’église sonne midi, je m’arrache à ce spectacle avec regrets , je redescends rapidement à la voiture ce qui me prend un certain temps, et je rentre à la maison.

C’est vrai qu’il y a longtemps que cela s’est passé.

Lionel Arnaud

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos