On a parlé du coup du soir en été, mais le coup du matin n’est pas négligeable non plus. La truite en été, dans la journée ne mord pas, l’eau basse et réchauffée lui a coupé l’appétit. Pourquoi ne pas essayer le matin à l’aube en espérant une éclosion.

C’est l’été, en vacance chez ma fille à Brioude. Je décide de faire à la mouche la rivière l’Allagnon de très bonne heure. Ce matin après avoir rangé ma voiture, je descends à travers pré vers la rivière repérée la veille. Il ne fait plus nuit, mais pas encore jour, je remarque qu’il n’y a pas de rosée du tout(1), bien que le temps soit doux,: ça arrive parfois en été lorsque la pluie est rare. Au bord de l’eau, bien qu’il fasse à peine jour, je vois de nombreux gobages., je suis perplexe!!! Je monte en vitesse mon matériel, canne de 8 pieds, soie WF5F, bas ligne conique raccourci, abouté d’un nylon de 12/100 d’une longueur d’un mètre en pointe. Pour la mouche je choisis une petite grise qui se verra mieux dans la pénombre de l’aurore, tout de suite je me positionne au milieu de la rivière, en fin de courant d’un radier où les truites se manifestent, je lance devant moi en laissant dériver mon artificielle.Pendant que ma mouche dérive, je fais le constat des lieux., tout en surveillant mon artificielle du coin de l’oeil. Je ne connais pas l’endroit, je suppute pour la suite de ma prospection, comme les gobages sont nombreux pour l’instant je ne bouge pas!!!. Le long de la rive opposée , une rangée d’arbres avec de beaux profonds, je me dis il y doit avoir de grosses mémères!!! Pourvu qu’elles sortent pour gober!!!

Hélas, mon artificielle est prise par une petite truite que je remets à l’eau avec précaution.

Le jour me permet de voir mieux les éphémères qui éclosent afin de choisir la bonne mouche. A première vue il me semble que c’est des petites grises genre baetidés, dans ma boite je choisis une petite olive moyenne de la même couleur sur hameçon numéro 16 (2).

Ma mouche changée, je continue à pêcher, je suis confiant , les grosses truites ne vont pas tarder à sortir, car je ne vois pas pourquoi elles ne participeraient pas au festin, d’après mon analyse les éclosions sont récentes, pas de danses nuptiales, pas de spents dérivants sur l’eau. C’est toujours les petites qui sortent les premières profitant de l’inertie des grosses. Lorsque celles-ci apparaissent, il faut voir les petites se « carapater » poursuivies par les grosses.

Revenant à ma pêche, après la prises de plusieurs truitelles, remisent à l’eau délicatement,. enfin J’accroche une belle fario de 36 cm. Maintenant les maillées sont à table!!! Je prends coup sur coup des truites que j’enveloppe dans un linge prévu à cet effet.

Comme mon panier me semble lourd, sur le bord ,je compte mes prises, qui s’élèvent à 7, toutes dépassant les 35cm.

Trouvant ma pêche suffisante, je range mon matériel , et je rentre à la maison. Il est encore de bonne heure!!!

(1) En principe, le manque de rosée le matin d’été est un signe de pluie.

(2) L’olive claire (Réf. SE 39 POIROT)

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos