Je ne pratique pas du no kill ou très peu dans mes pêches, car je suis contre!!!
L’équilibre de la nature est un jeu cruel, c’est un combat continuel pour la survie, la truite doit avoir le moyen de se défendre, je pense que le no kill est préjudiciable, le manque de prédateur dont l’homme fait partie est néfaste à l’espèce, c’est la nature qui veut ça. C’est au pécheur de trouver la bonne mouche pour “ leurrer “ le poisson méfiant.
Les effets pervers du no kill, sont que les truites relâchées sont devenues mangeuses des petites et le renouvellement ne se fait pas!!!. Je connais quelques lacs en Auvergne, où le no kill était obligatoire et où il se prend rien, ils ont du fermer les sites.
C’est vrai que la pollution a des effets pervers, le manque d’insectes aquatiques accentue le phénomène(1) c’est pourquoi les doux rêveurs qui gèrent la rivière le Chéran, où le no kill est de rigueur pour cause de limitation des prises, veulent que le poisson se développe de façon naturelle se mettent le doigt dans l’œil. Il faut une limitation des prises d’une façon raisonnée c’est obligatoire pour empêcher les abus.
C’est louable de leur part!!! Il faut aleviner avec des souches indigènes. C’est hélas la rançon de la modernité à mon grand désespoir, il faut être réaliste!!!
Le no kill est un geste généreux, mais il tout à fait inutile dans le contexte actuel . C’est mon avis, que je partage avec d’autres pécheurs!!!

LIONEL ARNAUD
(1) Il faudrait dans un avenir proche, s’occuper plus de la pollution. Et mettre des insectes aquatiques dans nos rivières. Comme un alevinage et pourquoi pas!!!

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos