Dans ma vie de pêcheur à la mouche, au fur et à mesure de l’apprentissage de ma longue carrière dans cette discipline, je suis devenu admiratif de la nature et de son fonctionnement. J’ai voulu comprendre le phénomène des éclosions d’éphémères qui comprend aussi les trichoptères et les plécoptères, en tant qu’adjectif.

Mais mes observations s’adressent plutôt à la famille des éphéméroptères, c’est à dire, les ecdyonoridés, les baetides, heptagénias. la solide rhithrogéna,et la minuscule caenis etc… courants dans nos torrents.

De mes observations, confirmées par la lecture de livres spécialisés, j’ai compris, que c’était une question de logique. Les imagos, insectes parfaits, s’accouplent et pondent un peu en amont de l’endroit où les subimagos ont éclos, en général sur une petite langue de courant, de manière que les nouveaux oeufs, emportés par la rivière, se posent au fond, à peu près au même endroit que leur développement . S’ils s’accouplaient et pondaient à chaque nouvelle saison, à l’endroit même où ils éclosent, ils glisseraient chaque année de quelques décamètres vers l’aval, au fil des années ils auraient atteint la mer et cessé d’exister en tant qu’espèce. Ils n’éclosent et ne retombent pas le même jour, leurs cycles se prolongent sur des périodes de plusieurs jours, voire plusieurs semaines, ils peuvent commencer tôt dans l’année, tard la suivante, en fonction des conditions, afin que des phénomènes exceptionnels comme un orage, une crue, une période de froid, ne puissent éradiquer une population dans sa totalité.

Le moment le plus propice pour les éclosions, c’est le coup du soir, à la tombée du jour où l’humidité tombe, c’est le moment où les larves d’insectes passent de l’état aquatique à l’état aérien. Elles ont besoin de cette humidité ambiante pour se débarrasser de leur enveloppe(exuvie), mais, il n’est pas rare que cela se passe dans la journée suivant les conditions atmosphériques. Le court instant de leur métamorphose est le moment choisi par le pêcheur pour attaquer les gobages en émergente, ou en sèche.

Les éclosions et retombées d’imagos sont les grands maillons de la chaine alimentaire. Ces insectes aquatiques se font régulièrement manger par les hirondelles, les martinets(1), les chauves-souris(2) et bien sûr les truites. C’est l’étirement de période des éclosions et des retombées qui garantit la survie des éphémères en tant qu’espèce, il permet aux truites et à d’autres animaux de se nourrir.

Quand les retombées ont commencé, il y a toujours quelques imagos morts qui ne se font ni manger ni emporter par le courant, ils se retrouvent coincés dans les arbres et dans les herbes du bord, si ce n’est pas à la surface des recoins d’eaux mortes. Ces imagos sont les indices pour un pêcheur averti, qu’il trop tard pour pêcher, les truites sont gavées, le festin est terminé(3).

LIONEL ARNAUD

(1) Le comportement des oiseaux est le signe d’une éclosion. Voir ma chronique (les astuces de la pêche à la mouche)

(2) Je me souviens lors d’un coup du soir, en fouettant, d’avoir pris au vol une chauve-souris!!!

(3) Cela m’ait arrivé sur le Borne. Je suis arrivé trop tard,elles avaient mangé.

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos