Bientôt l’ouverture de la pêche, j’espère que les monteurs de mouches, ont garni leur boite de sèches, d’émergentes, de noyées et de nymphes, valables pour débuter la saison, avec toutes les chances de faire du poisson. Voici une chronique spéciale ouverture, qui à mon avis peut rendre service.

Chaque pêcheur de truites attend l’ouverture de la pêche avec impatience c’est le moment de pouvoir assouvir sa passion. Pour le pêcheur à la mouche, la hantise est de savoir dans quel état seront les eaux. Une reconnaissance des lieux s’impose.
Avec le temps actuellement incertain, et le manque de froid, le pêcheur à la mouche peut tirer son épingle du jeu, mais c’est illusoire, un coup de poker ! inutile de parcourir des kilomètres pour trouver des éclosions. Dans un endroit connu de vous pour être poissonneux, il suffit de se placer devant un « plat « (1) ou un « pool »(2) aux heures chaudes de la journée( 10h à 14 h) et d’attendre les gobages.
A cette époque de l’année, les truites ne sont pas dans les courants n’étant pas en condition, elle n’offrent pas une grande défense. Vous devez pêcher fin, un 14/100 et même un 12/100 en pointe sera suffisant. Comme actuellement certains moucheurs fouettent toute l’année(es réservoirs ). il n’y aura pas de loupés pour eux.
Pour les autres pêcheurs, en manque d’entrainement, début mars, les truites prennent franchement, ( sauf par grand froid ). En sèche les premiers ferrages sont toujours précipités  » c’est instinctif  » d’où des poissons manqués (ça m’est arrivé) au premier ferrage il faut ferrer avec deux secondes de retard, ferrez les suivantes avec ce temps de retard, vous n’en manquerez pas.
Une olive foncée sur un hameçon numéro 16 pouvant représenter des chironomes fera l’affaire, ou un léger cul de canard noir. Si c’est refusé systématiquement plusieurs fois, alors pensez à la possibilité de pêcher en noyée, une oreille de lièvre de préférence, tentez aussi une émergence dans la pellicule de l’eau.
Les  » plats  » n’étant pas exploitables, aucune activité, pêchez les profonds en nymphes plombées, au fil ou à la roulette et insistez dans les caches de la truite.
Autre possibilité, montez un steamer imitant un petit poisson, genre grey strip rabbit, soie plongeante et prospectez au fond des grands trous, et toujours en insistant.
En cas de fonte des neiges, eaux fortes, n’insistez pas , pliez votre canne, allez ailleurs ou rentrez à la maison.

Lionel Arnaud

(1) Courants lisses : portion de rivière où le courant est très lent, régulier sur une grande largeur et la profondeur est régulière de 20cm 40cm.
(2) Portion de rivière située entre deux courants. Les pools sont souvent bien peuplés, mais leurs poissons étant souvent approchés par les pêcheurs, ils sont particulièrement méfiants. La discrétion s’impose, d’autant plus que la surface est lisse.

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos