Une rivière ne fait pas de caprice, une rivière est une rivière elle se contente de couler. C’est le comportement des ses hôtes qui est déroutant et imprévisible.

Le Chéran, belle rivière sauvage est l’exemple type de ce phénomène!!!

Ma fréquentation assidue du Chéran, et l’observation de celui-ci, m’a amené à la question suivante, pourquoi les truites sont dehors certains jours et d’autres où elles ne sont pas. Tel jour, les gobages se multiplient; les truites occupent tous les postes; elles prennent la mouche franchement. Le lendemain, la rivière est plate et morte, on a l’impression de pêcher dans une baignoire. on ne fera monter que quelques « riquettes »qui salueront la mouche d’un coup de queue, les maillées resteront cachées. C’est pourquoi on dit « le Chéran est capricieux ».

L’un des attraits de la pêche, qui n’est pas une science exacte, réside précisément dans le fait qu’elle pose au pêcheur ce genre de problème.

Suivant beaucoup d’auteurs si les truites refusent ou cessent de monter. il faut s’attendre à un changement dans les 24 heures qui suivent, car elles ont ressenti bien avant nous les modifications qui sont en train de se produire dans l’état de l’atmosphère.

Il est indéniable que la truite est un poisson hypersensible, l’influence de la lune y est pour quelque chose, et il est normal que son comportement procède par crise comme chez les êtres humains, très nerveux dont l’abattement succède souvent à une vive excitation. Il se peut aussi que la configuration de la rivière et l’orientation de celle-ci influence le comportement du poisson. Car le Fier qui est orienté différemment est une rivière non capricieuse.

La truite est un poisson craintif, dans la rivière le Chéran , quand arrivent les mois de mai et de juin, que le soleil est haut dans le ciel, elle répugne à se montrer en pleine eau, préférant attendre sa nourriture à l’ombre d’un rocher ou sous le couvert des arbres.

A fortiori, les rivière semblent vides quand quelque chose »inquiète » ou « contrarie » la dame mouchetée. On la dit capricieuse!!!. Il n’en est rien, c’est la synthèse de plusieurs phénomènes nommés plus haut qui en est la cause. Mais je peux me tromper dans mon analyse.

En règle générale pour pêcher bien le Chéran, à part le coup du soir qui est bon suivant certaines circonstances, la journée il est préférable de pêcher avec un temps légèrement voilé ou lorsqu’il y a des passages nuageux qui masque le soleil par intermittence.

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos