Combien de débutants à la pêche à la mouche, sont désespérés de n’avoir pas de résultats rapidement dans l’art qu’ils ont choisi, la pêche à la mouche demande un apprentissage long et et fastidieux, combien de néophytes abandonnent vite, ils s’équipent d’un matériel performant , qu’ils bradent assez vite. Pourtant le matériel est prêté par le club , mais certains imprévoyants l’achètent avant de savoir s’ils continueront de persévérer.

Heureusement quelques exceptions sont là pour me prouver le contraire!!! évidemment, il est certain que les jeunes de notre club veulent prendre du poisson assez vite, c’est notre but de les former pour, comme je leur dis souvent « vous voulez courir avant de savoir marchez » c’est pourquoi la pêche en réservoir est un atout pour maintenir leur passion et continuer à persévérer.

La pêche en réservoir, qui m’était inconnue lors de mes débuts il y a quarante cinq ans, est très profitable pour l’apprentissage, elle apprend à fatiguer et sortir les grosses truites et aussi à perfectionner les lancers, mais à contrario elle est différente de la pêche en rivière dont la subtilité décourage les apprentis.

Grâce aux clubs, les résultats sont là, certains « doués » au bout de trois ans d’apprentissage peuvent devenir des pêcheurs acceptables!!! surtout les assidus, ils deviennent des « mordus » des « passionnés » ils veulent en savoir davantage, c’est une nécessité pour réussir. Je suis ravi, lorsque un adolescent me pose des questions, parfois saugrenues, mais combien pertinentes sur la pêche à la mouche.

Pour finir, la pêche à la mouche est une école de la vie, elle nous apprend, la persévérance, l’observation, l’entomologie, la confiance en soi, et à se débrouiller tout seul!!! certains jeunes agités, apprennent à se maitriser. Combien le plaisir est immense, de prendre une truite, avec une imitation fabriquée par nos soins.

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos