Avec la pratique du « no-kill », il y a des précautions à prendre lors de la remise en eau du poisson.
Préservez le mucus, le mucus est un lubrifiant sur la peau qui sert au déplacement du poisson dans son élément, il constitue un film protecteur contre les infections, les parasites. Efforcez-vous de le préserver lorsque vous manipulez une capture. En tout état de cause les mains devront être mouillées, pareil pour l’épuisette, celle-ci doit être avec des mailles appropriées pour ne pas la blesser.

Un poisson, sorti de l’eau, double quasiment de densité: le poids de ses chairs compresse ses organes vitaux parfois irrémédiablement. Il est préférable de décrocher en pleine eau les truites et les ombres, facilité par l’hameçon sans ardillon ou ardillon écrasé, si la mouche est visible au bord des lèvres, le poisson amené au bord, il faut saisir l’artificielle entre le pouce et l’index et décrocher prestement, autrement en pleine gueule un dégorgeoir est nécessaire, l’opération est délicate, très rapide, mais avec un peu d’entrainement on y arrive.
Si nous nous servons de l’épuisette pour sortir le poisson, la prise doit être saisie les mains mouillées, essayez de maintenir la truite horizontalement, une main sous le ventre et l’autre main saisissant la nageoire caudal,( la photo pourra être prise) cette position vous permettra de remettre dans l’eau le poisson sans causer de gros dommages. Maintenez-le tête face au courant(pour les rivières), toujours la main sous le ventre, exercez un mouvement de va-et-vient afin que l’eau traverse les branchies pour réoxygèner notre prise, qui repartira doucement dans son élément.
En lacs d’altitude, lorsque nous prospectons les profonds en nymphe ou en steamers, les ombles, poissons de fond, tel que le cristivomer, lorsque ceux-ci sont remontés sur plus de 15 mètres trop vite, la décompression brutale cause des traumatismes irréversibles(1), la remise du poisson dans l’eau est impossible, car il ne peut pas survivre, il vaut mieux le garder, pas de no kill , mais c’est extrêmement rare de sortir un poisson à cette profondeur ( car le poisson se nourrit en surface), ça peut arriver!!! il vaut mieux être au courant de ce phénomène !!!

(1)Je me souviens , d’ un omble de 40 cm (cristivomer), pris au lac de la Girotte, très profond. (un barrage alimentant la centrale électrique de la Bâtie) avec une nymphe plombée, remonté très rapidement, en admirant ma prise, ses yeux exorbités m’avait intrigué, renseignements pris, c’était une décompression trop rapide? Je n’ai pas pu la remettre à l’eau!!!

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos