Après la fermeture de la truite, des centaines d’amateurs de pêche au fouet. prolongeront leur plaisir en pêchant l’ombre commun en deuxième catégorie. Pour la Haute Savoie, les pêcheurs locaux ont rendez vous en Chautagne dans le Rhône, car l’endroit est à proximité de la région annécienne.

Au début, il y a une quarantaine d’années l’ombre colonisait certaines parties de ce cours d’eau, maintenant c’est très aléatoire, car il faut tenir compte des caprices de ce fleuve et du coté lunatique de l’ombre.

Le Rhône est domestiqué par plusieurs barrages, et leur impact sur le résultat pêche est considérable, le « turbinage » entrainant des variations de niveau. Il semble que les ombres, ce sont accoutumés de ce fait; à partir du moment où la hauteur d’eau permet de démasquer certaines gravières, la réussite d’une partie de pêche peut s’avérer excellente.

L’ombre commun est un poisson de pleine eau, lunatique, encore il faut relativiser, peu craintif , ce qui ne signifie pas facile pour autant!!! il se nourrit sous l’eau au fond , dans la pellicule, et en surface.

Étant un inconditionnel de la pêche en sèche, les ombres ont beau s’alimenter sous l’eau il est possible d’en faire monter. En proposant une oreille de lièvre ou mieux un « cul de canard » cela fera l’affaire, diminuez l’artificielle si refus. Une mouche méconnue qui marchait bien autrefois pour les ombres maintenant oubliée, que j’ai retrouvée dans une vieille boite,c’est la » tups indispensable  » mouche désuète qui a fait ses preuves. ( a réessayer ??? ).

Un ombre installé(1) qui gobe en surface, a une tendance à monter systématiquement selon une périodicité régulière. il faut essayer d’évaluer l’intervalle entre deux montées pour proposer au moment opportun l’imitation.

Le comportement de ce poisson, est assez bizarre, très méfiant, il ne pardonne aucune erreur ! il convient de poser la mouche très en amont, sans dragage, car l’ombre perçoit un insecte au dessus de lui, monte pour l’examiner,l’accompagne en reculant dans le courant, prend si ça lui plait, et revient à son poste devant. Suivant la profondeur de celui-ci, la distance du lancer devant le gobage peut être calculée à vue de nez, ce qui permettra de poser l’artificielle au bon endroit et de maitriser le dragage de la mouche! Se rappeler le dicton, eaux profondes lancer loin, eaux peu profonde lancer près ( du gobage bien entendu ).

Revenant aux ombres du Rhône, comme je vous le disais ci-dessus, il faut attendre que les gravières soient bien marquées, l’automne est bien propice pour cette pêche, voici quelques sites qui vous éviteront des kilomètres de recherches.

La base de loisirs de Seyssel, La base de loisirs de Motz, Serrière en chautagne derrière l’ancienne usine Salomon, du pont de Lucey en aval jusqu’à Yenne. Il se peut, que les ombres soient sur d’autres gravières, car ce poisson migre souvent à la recherche de sa nourriture, mais comme les coins à champignons, les coins à ombres restent confidentiels.

(1) Il s’agit d’un poisson gobant régulièrement.

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos