Les soies sont les outils essentiels de l’attirail du pêcheur à la mouche, son mauvais choix peut-être un échec lors d’une partie de pêche!!!

Comme le poids des leurres utilisés par le moucheur est le plus souvent négligeable, il a bien fallu donner du poids à la ligne elle même, sinon tout lancer aurait été impossible. Autrefois, ces lignes étaient en soie naturelle tressée et recouverte d’un apprêt. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore, nous appelons soie la ligne utilisée pour la pêche à la mouche, alors que les lignes modernes n’ont plus rien à voir avec ce matériau. Les soies anciennes font partie du passé, si ce n’est que l’un ou l’autre fabricant en produit encore, à des prix par d’ailleurs élevés.

Certains pêcheurs regrettent ces soies naturelles, car elles étaient plus denses que les lignes actuelles et donc, plus fines à poids égal. Elles perçaient mieux le vent et elles étaient plus discrètes et plus souples., mais leur entretien était fastidieux.

Les soies synthétiques ne sont pas aussi mauvaises que ça, fabriquées sur la base d’une âme tressée de grosseur uniforme, entourées d’un revêtement où des bulles d’air sont intégrées, étudiées pour tous les types de pêches, flottantes, plongeantes, doubles fuseaux coniques, parallèles, décalées pour faciliter les lancers dans tous les cas de figures, n’ayant pas de mémoire.(1) C’est là où le débutant se perd, car la panoplie est vaste.

Le débutant à la pêche à la mouche, doit acheter ses soies en fonction de son utilisation, il est inutile, lorsqu’on pêche en réservoir de se munir de soie pour la rivière, et vice versa. (Quoi-que ce n’est pas impossible). Dans les réservoirs les streamers et poppers ont plus de poids, donc des soies lourdes plongeantes ou flottantes aux mêmes caractéristiques que que les soies légères.

Pour la rivière, c’est le contraire, mouches légères . soies légères. Plongeantes et flottantes, . Pour les plongeantes, la vitesse d’immersion est indiquée sur l’emballage, pour le poids, il a une relation numéro-poids des 10 premiers yards, du numéro 3 à 9, plus le numéro est élevé plus la soie est lourde, choisir en fonction de son utilisation. Les soies se distinguent sur l’emballage de cette manière,par une à trois lettres (L, DT, WF) qui indique le profil. Ces lettres sont suivies d’un numéro correspondant au poids des dix premiers yards, plus le numéro est élevé, plus la soie est lourde, vient ensuite une autre lettre; F, S I, ou F/s, soit floating (flottante), Sinking (plongeante), Intermediate (la ligne non graissée coule, mais flotte si on la graisse) ou floating/sinking ( ligne flottante avec pointe plongeante)

Exemples: L6F= soie parallèle numéro 6 flottante.

DT5 F/s= soie double numéro 5 avec pointe plongeante.

WF6S= soie à fuseau décalé numéro 6 plongeante.

Il y a 3 types de soie plongeante selon la vitesse de pénétration dans l’eau: I = moyen; II = rapide ; III = très rapide. cette dernière est utilisée en lacs profonds et les réservoirs.

Pour le débutant, il est préférable de demander l’avis d’un professionnel ou un membre du club, pour acheter son matériel, car il y a relation canne et soie.

(1) Avant , les soies avaient tendance à faire des spires, car toujours montées sur les moulinets l’hiver en période de non pêche, il fallait les enrouler sur un gros tambour ou une jante de vélo, Pour éviter cet inconvénient , avec le progrès, le problème a été résolu, plus besoin d’étirer les soies au départ en période de pêche pour éviter la mise en tire- bouchon. On dit que la soie n’a pas de mémoire.

LIONEL ARNAUD

Vous pourriez aussi aimer ce poste :

commentaires clos